Paroles d'experts



Quand la vésicule fait ses calculs


Quand la vésicule fait ses calculs

Elle a beau être discrète, la vésicule biliaire peut entraîner des complications pour notre santé, notamment à cause des calculs qui s’y forment. « Il s’agit de la pathologie viscérale la plus courante », affirme le Dr Perrier, médecin-chef du service de chirurgie viscérale et digestive au centre hospitalier Compiègne-Noyon qui est classé en 23e position dans le palmarès des hôpitaux du magazine Le Point. La vésicule biliaire est-elle indispensable pour que notre organisme fonctionne bien ? Se la faire retirer impose-t-il un régime strict ? Pour mettre à mal un certain nombre d’idées reçues, le chirurgien nous éclaire.



La vésiculaire biliaire, à quoi sert-elle ?

La vésicule biliaire est un « petit sac » relié par un canal à la voie biliaire principale et dans lequel s'accumule une partie de la bile produite par le foie. Lors des repas, elle se contracte et libère un supplément de bile. Celle-ci joue un rôle important dans la digestion des graisses.

D’où viennent les calculs ?

Les calculs se forment au fil des ans à partir de microcristaux de cholestérol qui apparaissent quand la bile est sursaturée en cholestérol et que le contenu de la vésicule s'évacue mal. Lorsqu'un de ces calculs se bloque dans le canal par lequel s'évacue la bile, la vésicule distendue devient douloureuse. Une échographie abdominale permet de confirmer la présence de calculs.

Quelles sont les complications liées aux calculs ?

Les calculs peuvent être responsables de plusieurs complications :

  • La colique hépatique : elle se caractérise par une douleur intense et son début brutal, qui siège le plus souvent au creux de l'estomac ou sous les côtes droites et peut s'accompagner de vomissements. Elle dure au plus quelques heures puis, le plus souvent, la douleur cesse soudain car le calcul qui obstruait le canal cystique a migré.
  • La cholécystite aiguë (infection de la vésicule biliaire) : aux douleurs de type colique hépatique s'ajoute la fièvre. Cette complication doit être traitée dans un premier temps par des antibiotiques puis par un geste chirurgical.
  • L’angiocholite : il s’agit d’une infection des voies biliaires intra et extra-hépatiques. Elle est le plus souvent due à une infection au-dessus d’un calcul coincé dans le canal cholédoque. L’angiocholite provoque des douleurs à type de colique hépatique, une fièvre élevée et un ictère (coloration jaune de la peau et des conjonctives). Son traitement associe des antibiotiques et une intervention chirurgicale ou un geste endoscopique.
  • La pancréatite aiguë (inflammation du pancréas) : un calcul biliaire, en bloquant les voies biliaires inférieures, peut gêner l'évacuation des canaux pancréatiques. Cette affection qui se caractérise par des douleurs violentes sera traitée par l’ablation du calcul par voie endoscopique. La cholécystectomie (ou ablation de la vésicule biliaire) sera nécessaire pour éviter les récidives.

Faut-il obligatoirement se faire enlever les calculs ?

S’ils sont découverts fortuitement sur un examen demandé pour une autre pathologie, l'abstention thérapeutique est la règle tant que ces calculs restent non symptomatiques car rien ne permet de prévoir s'ils génèreront des complications un jour. Une exception : les macro-calculs de plus de 3 cm nécessitent d’enlever la vésicule car il y a un risque de dégénérescence (calculo-cancer de la vésicule).

Comment se passe l’opération qui consiste à ôter la vésicule biliaire ? 

La cholécystectomie est devenue l'une des interventions chirurgicales les plus fréquentes. « Plus de 100 000 ablations de la vésicule biliaire pour calculs douloureux sont réalisées chaque année en France » indique le Dr Perrier. L'intervention se fait par coelioscopie sous anesthésie générale. Les instruments - les plus gros font 1 cm de diamètre - sont introduits dans l'abdomen par quatre petits trous qui laissent peu de traces. L'intervention dure une demi-heure. Une sortie est souvent effectuée le jour même (chirurgie ambulatoire). Dans les cas de migration de calcul, l’extraction du calcul du canal biliaire par endoscopie interventionnelle est envisagée. Au centre hospitalier, celle-ci peut être couplée avec la cholécystectomie, garantissant ainsi aux patients une sécurité et une prise en charge optimales en un temps.

Peut-on se passer de vésicule biliaire ?

Si la bile est indispensable, la vésicule qui est une poche en annexe sur les voies biliaires ne l’est pas. « On pourrait très bien se passer de cet organe. D’ailleurs, les patients qui ont subi une  cholécystectomie ne sentent pas de différence. Ils vivent normalement et n’ont pas de régime alimentaire particulier à adopter » conclut le chirurgien.  

Y a-t-il des complications post-opératoires possibles ?

Il y a peu de complications lors de l'ablation de la vésicule. Il peut se former un hématome ou rarement un abcès. Des plaies de la voie biliaire peuvent survenir dans de rares cas (1/1000).

 



retour

17 Septembre 2019