Actualités



Octobre rose, nos professionnels témoignent


Octobre rose, nos professionnels témoignent

Découvrez les témoignages de nos professionnels de santé qui oeuvrent pour le mieux-être des patients atteints d'un cancer. 

 

Valérie DUTEMPLE

Aide-soignante oncologie-hématologie & praticienne en réflexologie plantaire

« Depuis 4 ans, je pratique la réflexologie plantaire pour les patients atteints d’un cancer, hospitalisés au sein du service.

Un peu d’histoire

La réflexologie plantaire est un art millénaire, les incas pratiquaient ces massages et les considéraient comme un art sacré.

Le traitement par pression sur des points réflexes au niveau des pieds était connu en Chine et en Inde, il y a plus de 5 000 ans.

L’identification des points sensibles a donc été étudiée bien avant l’acupuncture 2 500 ans avant J.C..

Les médecins chinois avaient découvert qu’une énergie circule dans le corps de façon permanente.

La réflexologie plantaire semblerait être appliquée un peu partout dans le monde depuis le XVIe siècle.

Plus récemment, la réflexologie moderne occidentale a été développée par le Dr. William FITGERALD,

le Dr. Shelby RISLEY et la kinésithérapeute américaine Eunice INGHAM, qui affina la technique et créa la première école en réflexologie plantaire.

 

Qu’est-ce que la réflexologie plantaire ?

La réflexologie plantaire est une médecine complémentaire à la médecine traditionnelle, c’est une méthode de thérapie manuelle qui permet, par simple pression sur un point particulier du pied, une action indirecte sur un organe ou sur certaines parties du corps.

Les zones stimulées sont appelées « zones réflexes ».

La réflexologie transpose chaque partie du corps en reflet au niveau du pied, établissant une carte géographique de tous les organes.

 

Les bienfaits

Dans le domaine de la cancérologie, elle permet d’apaiser les tensions psychologiques créées par l’annonce de la maladie, soulage également les symptômes liées aux effets indésirables des traitements et draine les toxines associées aux traitements.

La réflexologie plantaire harmonise les fonctions vitales, libère le stress et les tensions nerveuses, soulage les tensions du dos et d’autres douleurs, améliore la circulation sanguine, apporte détente, relaxation profonde et bien-être, active le système lymphatique et dynamise l’organisme.

 

Le mot de la fin

La réflexologie plantaire permet donc d’améliorer considérablement la qualité de vie des personnes atteintes de cancer et d’amener une bulle de douceur et de bien-être. »

 

Blandine GALLAS

Infirmière diplômée d’Etat en oncologie-hématologie & praticienne en hypnose

 

« Depuis 2 ans, je pratique l’hypnose pour les patients atteints d’un cancer, hospitalisés au sein du service.

L’hypnose repose sur 4 principes de la médecine : bienfaisance, non malfaisance, respect de l’autonomie, et justice.

L’état d’hypnose est un état de vigilance accrue permettant une modification des perceptions. C’est une thérapie brève utilisée comme un outil prenant appui sur les ressources propres du patient pour induire un changement.

L’objectif est thérapeutique. Les professionnels de santé formés en hypnose travaillent dans l’objectif de soulager les patients de troubles variés : anxiété, douleur, bouffées d’angoisse, insomnie, nausées, bouffées de chaleur, dépendance…

Chaque séance est unique et adaptée

Je me rappelle d’une patiente Mme P, 75 ans. Elle présente des douleurs insupportables et une angoisse majeure malgré les traitements mis en place et réadaptés plusieurs fois. Elle sollicite constamment l’équipe pour des motifs divers, a besoin d’être rassurée, entourée. Lorsque j’arrive dans sa chambre, elle est allongée dans son lit, le téléphone posé contre elle, attendant l’appel de son mari en gémissant de douleur et d’anxiété.
Mme P. est partante pour une séance d’hypnose au cours de laquelle elle souhaite s’imaginer à la plage car dit apprécier les bains de mer qui la détendent. La séance commence, Mme P. se détend progressivement. Elle semble complètement absorbée par l’imagerie mentale qu’elle est en train de se créer, guidée par mes paroles. Elle est très concentrée. Elle entre dans l’eau agréable, se laisse bercer par les vagues. Elle profite pleinement de ce moment de bien être, de confort et de liberté intérieure.
Je lui suggère d’imaginer quelques petits nuages au-dessus de la mer dans lesquels elle peut placer ce qui lui est désagréable et dont elle veut se débarrasser. Je lui propose si elle le souhaite de souffler sur les nuages pour les aider à s’éloigner.

Grâce à cette imagerie mentale, Mme P. peut reprendre le contrôle de la situation et se détendre. Je lui suggère de garder en mémoire cette nouvelle compétence qu’elle a acquise et qu’elle pourra mobiliser chaque fois qu’elle en aura besoin, comme elle l’a fait si bien maintenant.
Je la félicite régulièrement. Elle est visiblement apaisée, son visage est détendu, légèrement souriant.

Son téléphone sonne, elle ne veut pas décrocher tout de suite puis fini par parler à son mari et lui dit que je la « fait rêver ». Elle ne ressent plus de douleur. »

 

Sandrine MAHÉ

Infirmière de coordination en cancérologie, référente en gynécologie

 

« Mes collègues et moi-même, infirmières de coordination, sommes identifiées comme des personnes ressource pour accompagner les patients atteints d’un cancer et ce, tout au long de leur prise en charge.

Je coordonne le parcours de soins et je suis à l’écoute des patients pour répondre à leurs questions et échanger avec eux sur leurs problématiques.

En fonction de leurs besoins, je les oriente vers les soins de support adaptés comme l’activité physique adaptée, le soutien psychologique ou encore la diététique. 

L'objectif est de leur assurer ainsi qu’à leurs proches la meilleure qualité de vie possible sur un plan physique, psychologique et social. »

 

Sylvie PAYEN

Aide-soignante oncologie-hématologie & psycho-socio esthéticienne

 

«  Depuis 11 ans, je suis psycho-socio esthéticienne (PSE) sur le centre hospitalier. J’accompagne les personnes fragilisées par la maladie cancéreuse tout au long de leur parcours de soins. La PSE, c’est aussi et avant tout, une prise en charge globale adaptée à chaque personne confrontée aux effets secondaires des traitements et à la maladie.

Je propose des soins esthétiques (soins du visage, des mains, des pieds, maquillage correcteur…), un toucher relationnel et une écoute empathique.

Il s’agit d’une approche apaisante et bienveillante qui complète les soins thérapeutiques délivrés par l’équipe médicale. Enfin, ce temps de soin et de partage avec la PSE est un moment privilégié pour la personne qui lui donne l’occasion d’être « en dehors de la maladie », de reprendre confiance en soi, d’oser à nouveau se regarder dans le miroir, mieux accepter l’image de soi et conserver l’estime de soi. Et peut-être tout simplement éprouver à nouveau des sensations de mieux-être. »  

 

Julien COHEN

Sage-femme et praticien en acupuncture

«  Depuis près de 2 ans, je pratique l’acupuncture auprès des patientes du centre hospitalier. L’acupuncture est une médecine chinoise très ancienne, datée de plus de 4 000 ans. Cette médecine repose sur l'énergie vitale appelée Qi qui circule dans les méridiens. Elle se fonde sur plusieurs théories, bien souvent observées dans la nature, et qui recherche un équilibre entre le ciel, l’Homme et la terre.
Lors d’une séance, je cherche, dans un premier temps, grâce à plusieurs questions, à comprendre le fonctionnement énergétique du patient, et en particulier celuidu Yin et du Yang. À partir de là, grâce au pouls, je peux comprendre le fonctionnement énergétique de chaque organe du corps afin de savoir quels points piquer. Ce n'est qu'à ce moment, à l'aide d'aiguilles très fines en acier inoxydable et à usage unique, que je pique les points retenus pour rééquilibrer le Yin et le Yang.
L'acupuncture peut être utilisée en soin de soutien lors du traitement d'un cancer afin d'améliorer les effets secondaires. L'accompagnement par acupuncture permet également de stimuler les défenses immunitaires, de procurer de la détente, de la relaxation, et un sentiment de bien-être afin d'apporter un soulagement psychologique. Il n'y a aucune contre-indication à l'utilisation de l'acupuncture mais le médecin doit en être informé. Une séance d'acupuncture dure en moyenne 30 minutes. L'acupuncture peut être utilisée en amont, pendant et après un traitement anti-cancéreux. »



retour

13 Octobre 2020

Général